Focus sur le disque « Sad And Beautiful » de Emler / Tchamitchian / Echampard

EmlerTchamitchianEchampard

Ce trio « issu », si l’on peut dire, du MegaOctet a pour lui l’avantage de la connivence. La maturité et l’assemblage, patiemment élaborés au fil des concerts, donnent ici sa cohérence à une musique hors du temps. On y retrouve l’énergie rock débridée et les thèmes fracassants du MegaOctet, le temps suspendu des solos d’Emler, la nostalgie lumineuse de l’univers de Tchamitchian, la précision classique d’Echampard. Et à chaque instant, cette force olympienne du silence. Un silence qui se glisse entre les notes, précède les attaques et ponctue les phrases. Un silence en or. (Matthieu Jouan / Citizen Jazz)

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

La playlist

Abonnez-vous au Podcast de Jazz à Part (nécessite iTunes)

3ème émission d’avril 2014 (du 14 au 20 avril 2014)

sad and beautiful

Focus sur le disque SAD AND BEAUTIFUL de EMLER / TCHAMITCHIAN / ECHAMPARD (Label La Buissonne 2013)

Ce trio « issu », si l’on peut dire, du MegaOctet a pour lui l’avantage de la connivence. La maturité et l’assemblage, patiemment élaborés au fil des concerts, donnent ici sa cohérence à une musique hors du temps. On y retrouve l’énergie rock débridée et les thèmes fracassants du MegaOctet, le temps suspendu des solos d’Emler, la nostalgie lumineuse de l’univers de Tchamitchian, la précision classique d’Echampard. Et à chaque instant, cette force olympienne du silence. Un silence qui se glisse entre les notes, précède les attaques et ponctue les phrases. Un silence en or. (Matthieu Jouan / Citizen Jazz)

ANNE HYTTA. DRAUMSYN (Carpe Diem records 2014)

Undrestille II – 2013 – 3’10’’

JOËLLE LEANDRE. NO COMMENT (Red Toucan 2001)

No Comment # 6 – 1995 – 4’50’’

BARRE PHILLIPS. PORTRAITS (Kadima Collective 2010)

I Told You So – 2001 – 6’00’’

CLAUDE TCHAMITCHIAN. ANOTHER CHILDHOOD (Emouvance 2010)

Raining Words – 2009 – 3’50’’

RAYMOND BONI & JOE McPHEE. VOICES AND DREAMS (Emouvance 2001)

Voices I – 2000 – 7’10’’

VIOLETA FERRER & RAYMOND BONI. FEDERICO GARCIA LORCA (Fou records 2014)

La Guitarra – 2011 – 1’10’’

VIOLETA FERRER & RAYMOND BONI. FEDERICO GARCIA LORCA (Fou records 2014)

Romance de la Luna Luna – 2011 – 2’10’’

EMLER / TCHAMITCHIAN / ECHAMPARD. SAD AND BEAUTIFUL (Label La Buissonne 2014)

Last Chance – 2013 – 2’10’’

EMLER / TCHAMITCHIAN / ECHAMPARD. SAD AND BEAUTIFUL (Label La Buissonne 2014)

Tee Time – 7’55’’

EMLER / TCHAMITCHIAN / ECHAMPARD. SAD AND BEAUTIFUL (Label La Buissonne 2014)

Second Chance – 2013 – 3’45’’

ANNE HYTTA. DRAUMSYN (Carpe Diem records 2014)

En Stille – 2013 – 1’45’’

 

Grand Angle sur l’exposition Great Black Music – Partie II

great-black-musique-cite-de-la-musique

De la foisonnante exposition de la Cité de la Musique consacrée à toutes les musiques noires, Jazz A Part se concentrera en cette seconde de deux émissions sur quelques épisodes forts du fil historique mis en lumière dans l’expo (2500 av JC : Pyramide Egyptienne ; 350 : Empire du Ghana ; 1718 : La Nouvelle Orleans; 1804: Haïti ; 1850: Underground Railroad ; 1917 : Révolution russe ; 1955 : Bandung ; 1963 : Martin Luther King ; 2005: Katrina).

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

La playlist

Abonnez-vous au Podcast de Jazz à Part (nécessite iTunes)

2ème émission d’avril 2014 (du 7 au 13 avril 2014)

mingus -

Grand Angle sur l’exposition GREAT BLACK MUSIC (Cité de la Musique du 11 mars au 24 août 2014) – 2ème partie

De la foisonnante exposition de la Cité de la Musique consacrée à toutes les musiques noires, Jazz A Part se concentrera en cette seconde de deux émissions sur quelques épisodes forts du fil historique mis en lumière dans l’expo (2500 av JC : Pyramide Egyptienne ; 350 : Empire du Ghana ; 1718 : La Nouvelle Orleans; 1804: Haïti ; 1850: Underground Railroad ; 1917 : Révolution russe ; 1955 : Bandung ; 1963 : Martin Luther King ; 2005: Katrina)

 

SUN RA & HIS ARKESTRA. SUPER-SONIC JAZZ (Saturn 1956)

Medicine for a nightmare (3’50’’)

JOHN CARTER. CASTLES OF  GHANA (Grammavision 1986)

Theme of desperation (4’50’’)

ANDREW LAMB TRIO. NEW ORLEANS TRIO (Engine 2006)

Song of the miracle lives (8’45’’)

CHARLES MINGUS. THE CLOWN (Atlantic 1957)

Haitian fight song (12’00’’)

LANGSTON HUGHES. WEARY BLUES (MGM 1958)

Hey (night) – too blue – ballad of the fortune teller (3’10’’)

JOHN COLTRANE QUARTET. THE COMPLETE AFRICA / BRASS SESSIONS (Impulse 1961 / reed. 1995)

 Song of the underground railroad (6’40’’)

MAX ROACH. CHATTAHOOCHEE RED (Columbia 1981)

The dream – It’s time (extrait 3’20’’)

 

 

Grand Angle sur l’exposition Great Black Music – Partie I

great-black-music-jewanda

A partir de la foisonnante exposition de la Cité de la Musique consacrée à toutes les musiques noires (11 mars au 24 août 2014), intitulée « Great Black Music », Jazz A Part se concentrait en cette première de deux émissions sur six voix témoins (John Coltrane, Miriam Makeba, George Lewis, Joseph Jarman et l’Art Ensemble of Chicago, Duke Ellington, Billie Holiday).

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

La playlist

Abonnez-vous au Podcast de Jazz à Part (nécessite iTunes)

1ère émission d’avril 2014 (31 mars au 6 avril 2014)

aec

Grand Angle sur l’exposition GREAT BLACK MUSIC (Cité de la Musique du 11 mars au 24 août 2014) – 1ère partie

De la foisonnante exposition de la Cité de la Musique consacrée à toutes les musiques noires, Jazz A Part se concentrera en cette première de deux émissions sur six voix (John Coltrane, Miriam Makeba, George Lewis, Joseph Jarman et l’Art Ensemble of Chicago, Duke Ellington, Billie Holiday)

ART ENSEMBLE OF CHICAGO. Odwalla Theme – 5’05’’

Coming Home Jamïca, Atlantic, 1998

DUKE ELLINGTON. Black, Brown and Beige Part II – 6’15’’

Black, Brown and Beige, Columbia, 1956

BILLIE HOLIDAY. Strange Fruit – 2’40’’

Commodore Master Takes 1939 -1944, Commodore

MIRIAM MAKEBA. Umhome – 2’55’’

The World Of Miriam Makeba, RCA Victor, 1963

JOHN COLTRANE. Lonnie’s Lament – 11’45’’

Crescent, Impulse, 1964

JOHN ZORN / GEORGE LEWIS / BILL FRISELL. Blues, blues, blues – 4’15’’

News For Lulu, Hatology , 1988

ART ENSEMBLE OF CHICAGO. Prayer For Jimbo Kwesi – 9’45’’

The Third Decade, ECM, 1984

 

Programme d’avril 2014

Qu’il soit classique, contemporain, mystique, engagé, libre, en colère, en paix, nomade, curieux… le jazz est l’invité de Jazz A Part sur 7 stations de radios francophones.

Émissions en écoute et podcast après le direct sur http://jazzapart.free.fr

HDR (99.1 Rouen – vendredi 20h)  / Principe Actif (102.4 Evreux – vendredi 20h) / RTF (95.4 Limoges– jeudi 21h) / L’autre radio (107.9 Château-Gontier – mardi 19h) / Radio Résonance (96.9 Bourges – dimanche 21h30) / YouFM (106.9 Mons – dimanche 22h00) / Campus Toulouse (94.0 Toulouse – samedi 12h00)

1404_JaP_flyer

 

Première semaine (31 mars au 6 avril 2014) et deuxième semaine (7 au 13 avril 2014)

Grand Angle sur l’exposition GREAT BLACK MUSIC (Cité de la Musique du 11 mars au 24 août 2014)

De la foisonnante exposition de la Cité de la Musique consacrée à toutes les musiques noires, Jazz A Part se concentrera (parce qu’il faut bien…) sur :

- La Great Black Music, noire et universelle, à travers six voix (John Coltrane, Miriam Makeba, George Lewis, Joseph Jarman et l’Art Ensemble of Chicago, Duke Ellington, Billie Holiday) – 1ère partie

- Quelques dates emblématiques du fil historique des musiques noires – 2ème partie

 

Troisième semaine (14 au 20 avril 2014)

Focus sur le disque SAD AND BEAUTIFUL de EMLER / TCHAMITCHIAN / ECHAMPARD (Label La Buissonne 2013)

Ce trio « issu », si l’on peut dire, du Megaoctet a pour lui l’avantage de la connivence. La maturité et l’assemblage, patiemment élaborés au fil des concerts, donnent ici sa cohérence à une musique hors du temps. On y retrouve l’énergie rock débridée et les thèmes fracassants du MegaOctet, le temps suspendu des solos d’Emler, la nostalgie lumineuse de l’univers de Tchamitchian, la précision classique d’Echampard. Et à chaque instant, cette force olympienne du silence. Un silence qui se glisse entre les notes, précède les attaques et ponctue les phrases. Un silence en or. (Matthieu Jouan / Citizen Jazz)

 

Quatrième semaine (21 au 27 avril 2014)

Focus sur le disque JOHN COLTRANE – A LOVE SUPREME de DAL SASSO / BELMONDO BIG BAND (Jazz & People 2014)

A Love Supreme, l’album de studio que Coltrane enregistre en quartette (avec McCoy Tyner au piano, Jimmy Garrison à la contrebasse et Elvin Jones à la batterie), marque en 1964 un tournant à bien des égards. Musicalement, le saxophoniste pousse l’improvisation modale jusqu’aux limites où elle tend vers le free. Mais le disque est aussi un jalon par sa quête d’une spiritualité qui s’exprime notamment dans un poème écrit par Coltrane, sorte d’invocation qu’il traduit en une prière sans mots au saxophone. C’est cette grande page de l’histoire du jazz moderne que revisite le big band all stars codirigé par Lionel Belmondo et Christophe Dal Sasso. 1964-2014 : c’était il y a cinquante ans.

 

Focus sur le disque ST JAMES INFIRMARY de BENJAMIN DUBOC (Improvising Beings 2014)

benjamin_duboc

En avril 2013, à Bignac, dans l’église Saint Martin, Benjamin Duboc jouait deux longs morceaux de 20 minutes, tels deux poumons qui inspirèrent / expirèrent la belle respiration du jazz. Le traditionnel Saint James Infirmary Blues, que popularisait Armstrong à la fin des années 20 précède Saint-Martin, composition de Benjamin Duboc lui-même. Du blues joué aux Etats Unis il y a un siècle à ce qui se joue ici et maintenant sous les doigts de Duboc, il n’y a qu’un souffle.

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

La playlist

Abonnez-vous au Podcast de Jazz à Part (nécessite iTunes)

4ème émission de mars 2014

duboc_infirmary_blues

Focus sur le disque ST JAMES INFIRMARY de BENJAMIN DUBOC (Improvising Beings 2014)

En avril 2013, à Bignac, dans l’église Saint Martin, Benjamin Duboc jouait deux longs morceaux de 20 minutes, tels deux poumons qui inspirèrent / expirèrent la belle respiration du jazz. Le traditionnel Saint James Infirmary Blues, que popularisait Armstrong à la fin des années 20 précède Saint-Martin, composition de Benjamin Duboc lui-même. Du blues joué aux Etats Unis il y a un siècle à ce qui se joue ici et maintenant sous les doigts de Duboc, il n’y a qu’un souffle.

 

FRANCOIS LEMONNIER & RAPAHAËL LEMONNIER. COME AGAIN (Blue Marge 2013)

Saint James Infirmary Blues – 5’25’’

BENJAMIN DUBOC. ST. JAMES INFIRMARY (Improvising Beings 2014)

St. James Infirmary Blues – 20’05’’

BENJAMIN DUBOC & ITARU OKI. NOBUSIKO (Improvising Beings 2010)

Yamabusi – 3’30’’

ITARU OKI. CHORUI ZUKAN (Improvising Beings 2014)

‘Round Midnight – 3’25’’

DAUNIK LAZRO & JOËLLE LEANDRE. HASPARREN (NoBusiness records 2014)

Hasparren I – 4’55’’

JOËLLE LEANDRE. LIVE IN ISRAEL (Kadima Collective 2008)

Duo with Sameer Makhoul – 8’10’’